Les hirondelles

hirondellesfil

Les hirondelles

Le long des fils télégraphiques

les hirondelles en habit

tiennent leur conciliabule d’automne.

Les froids sont venus, et le vent

maintenant tous les jours souffle du nord.

« Sacré pays, disent-elles, les petites hirondelles

serrées et pelotonnées sur leur fil,

il va falloir émigrer encore !

Adieu, chère vallée où les moustiques étaient si bons !

Quels bons repas de moucherons nous avons faits !

Quel bel été nous avons eu ! Comme nous avons bien ri !

bien crié, bien volé et virevolté dans ce ciel !

Comme elle était douce sa lumière, comme il était léger

l’air de Seine-et-Oise !

À présent, c’est fini, il nous faut partir ;

nous attraperions des rhumatismes dans ces brumes,

et pour vivre il nous faudrait voler si bas, au ras du sol comme les hommes !

Adieu, chers hôtes du hangar et de la grange,

adieu, cochons inoffensifs, et toi brave chien qui sait que nous ne sommes pas comestibles ;

adieu, vilain chat qui aurait tant voulu avoir des ailes

pour nous courir après dans l’azur et piller nos nids.

Adieu, le fermier et le fermière !

Ne démolissez pas nos nids de boue et de brindilles bien tressées.

Au revoir, pauvres amis ! nous penserons à vous en Égypte,

et nous reviendrons l’année prochaine.

N’ayez pas trop froid dans ce sale hiver. »

Émile Henriot

Publicités

10 réflexions sur “Les hirondelles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s