La rose

La rose rouge est le symbole de l’amour passionné, la beauté et du respect.
La rose rose représente l’amour tendre, sincère et fidèle envers l’être aimé.
• Par contre, la rose jaune, elle, symbolise la demande de pardon, que l’on assimile souvent au regret d’une infidélité. Elle peut également être offerte à un ami comme preuve d’affection ou à un amant pour mettre fin à une histoire.
La rose blanche est le symbole de l’amour pur et profond. Elle est la preuve d’un vrai raffinement et d’une certaine élégance. Parfois, la rose blanche peut être choisie pour un amour secret, encore inavoué. C’est donc un moyen de déclarer sa flamme à l’être aimé.
Les roses oranges expriment le désir et la joie ! Elles représentent un amour doux et serein, enthousiasmé par le dynamisme et la bonne humeur.
Les roses lavandes marquent le coup de foudre.
La rose bleue représente l’impatience, l’attente d’un événement qui n’arrive pas (une demande en mariage, un engagement…).

IMG_0568

La piémontaise

La Piémontaise ou Dieu que j’en suis a mon aise était le chant de départ des conscrits Savoisiens qui partaient servir le Duc de Savoie devenu Prince de Piémont puis Roi de Sardaigne . N’oublions pas que la Savoie était un Etat qui a repoussé 7 fois la France dans son Histoire .
Petite vidéo pour un zaza qui a enlevé les paroles sur son blog…
J’aime beaucoup ces voix! Bizarre puisque je suis plutôt métal symphonique! Enfin mes oreilles sont ouvertes à tout!

Le liseur du 6h27 / Jean-Paul Didierlaurent

Guylain Vignolles n’a pas de chance. Son nom et son prénom font un jeu de mot terrible : Vilain Guignol. Il vit seul avec son poisson rouge.  Il fait tout pour passer inaperçu. Sauf dans le train de 6h27 qui le mène au travail. Là pour les passagers, il lit à voix haute des extraits de romans. Des extraits seulement parce que les feuillets qu’il lit sont ceux récupérés justement là ou il travaille comme ouvrier : le pilon des livres invendus. C’est d’ailleurs un monstre que cette machine puisqu’elle broie aussi des hommes. Le vieux Giuseppe y a laissé ses jambes. Qu’il retrouve peu à peu dans les livres. Car de la pâte à papier recrachée naissent d’autres livres.

Yvon, l’homme de la guérite qui ne parle qu’en alexandrin et impressionne les camionneurs voulant rouler des mécaniques.

Et dans le train de 6h27, il y a de belles rencontres. Comme celles des soeurs Delacote, Monique et Josette qui l’entraînent a la maison de retraite, lecture jubilatoire au milieu de toutes ces personnes  qui ne demandent qu’à revivre.

Ce roman est plein de personnages truculents, imagés, plein d’humour, de quête qui font le sel de la vie. Le Liseur du 6h27 est un roman-bonheur,un plaisir de lecteur et à toute heure.

Tous les ingrédients y sont : un monstre effrayant, le Zerstor 500 (le pilon), Guylain, un prince qui s’ignore, Julie, une princesse dame-pipi, Giuseppe, un lutin qui cherche ses jambes et les bonnes fées (les vieilles dames de la maison de retraite), sans oublier les méchants (le petit chef vociférant Kowalski)…

Merci à Louvard pour ce livre et Anatole en a parlé https://anatolemblog.wordpress.com/2016/08/14/le-liseur-de-6h27/